Pensées fugitives, instants soleil

lu 105 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Aujourd'hui je déteste rester chez moi très fort, je déteste mon père, je déteste le lycée, j'ai hâte des vacances et de toutes les prochaines vacances et de mon lit-cocon calme et musique loin des cris, des disputes, des pleurnicheries pour rien, j'ai hâte des avions, des instants soleil, du bleu espoir, parce que je meurs ici, putain, ils assassinent la poésie, la douceur des moments, et l'amour que j'ai pour eux, ils le rongent un peu plus à chaque fois qu'ils me donnent envie de m'enfuir très loin et de ne plus jamais les revoir.

Hier soir j'ai passé deux heures au téléphone avec Driss. J'étais très heureuse, ce soir là, parce qu’il y avait sa voix au téléphone. Parce qu'il racontait n’importe quoi et qu'il riait si fort que j’avais envie de rire avec lui. Parce qu'il a remplit mon cœur d’espoir, et de cette folie, ce besoin d’un coup de tête absolument dingue, comme décider à l’improviste de faire huit heures de route en plein milieu de la nuit pour passer un week-end à la mer. J'ai dit que je partirais certainement à Londres, après mon bac. Il a dit qu'il me rejoindrait, peut-être. J’étais prête à le faire, tu sais, parce qu’à ce moment là, je me moquais bien des deux-cents euros pour l’aller-retour, je m’en foutais de ne pas lâcher les yeux de l'hublot pendant tout ce temps, de balancer des vêtements au hasard dans une valise et de partir une heure après l’avoir décidé. J’en rêvais. C’était tellement fou, tu sais, que j’avais le cœur qui battait plus fort et la fatigue s’était évaporée.

Ce n’était pas sérieux pour lui, mais ça l’a été pour moi, même si je savais, pertinemment, que c’était impossible. J'ai souris et j'ai dit ce serait beau. Ce serait beau, mais ce n’est pas possible. Je te jure, je n’attendais que lui, il aurait suffit qu’il me dise d’accord. D’accord, je ne rentre demain, d’accord, je ne vais pas travailler, d’accord, on va à Londres. Je l’aurais fait. Tant pis pour mes parents, tant pis pour mon compte en banque vide, tant pis pour tout.

J'ai passé mon oral d'anglais, j'ai assuré, je crois. Ça me soulage que ça soit passé, que ça soit derrière moi maintenant. Tout va s'enchaîner, à présent. Les révisions, les oraux, les épreuves, le bac, le code, le permis, le voyage au pays d'origine, la rentrée, les études supérieures. Tout, et mon coeur s'emballe.

Aujourd'hui, j'ai décidé de créer un vinted et de foutre tous les vêtements et chaussures que je ne mets pas. Pour me faire de l'argent de poche, car il me faut absolument une ps4. J'ai déjà vendu 2 articles que je dois envoyer en début de semaine.

Ce soir, je passe la soirée avec M. On va jouer, et regarder une série, ça va être vraiment cool, je le sens.

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !