because my heart died with him

lu 150 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

14:23.

J'ai le cœur qui fait flipflop, il patauge, il s'en sort pas, le pauvre, j'ai son regard tatoué aux rétines et le rêve encore chaud bat sous ma peau, (celui que j'aime) quel désastre, hier nuit, quel désastre, heureusement, l'orage, heureusement l'orage pour la respiration, c'est important, respirer, sous les éclairs, non ? c'est important, il est parti, après la pluie, il est parti, alors j'ai crié, j'ai pleuré, je me suis tue et en sombrant, j'ai rêvé (et en rêvant, j'ai sombré), la douceur, et l'odeur de la weed enfermée entre mes boucles, putain, quel désastre, hier nuit.

Avec l’Amoureux, on a enfin mis des mots sur toutes ces choses tues. Sur la distance, sur notre relation qui tourne en rond, sur nos blessures intérieures qu’on s’efforce de colmater, l’un chez l’autre, l’un sans l’autre. Sur l’habitude, sa voix comme une protection face au monde extérieur, ses mots comme une pommade éphémère. Avec l’Amoureux, on a sûrement fait le tour de Nous, de Lui et Moi ensemble, et depuis le tout début, on le sait que notre route c’est vers le mur qu’elle cavale - les détours étaient beaux, ils étaient tendres, j’aurais pu m’y perdre une vie entière. Et ce n’est pas l’amour qui manque, non, c’est plus que ça, c’est plus grand. 
J’ai les larmes douçamères, le sourire qui tremble un peu. J’ai raccroché et la tempête m’avale tout doucement.


Je crois que c’est fini.
Sans point final.
Un point-virgule, peut-être.

Merci. Journal. Merci à toi, de m’avoir rappelé que j’étais vivante. Merci pour les vibrations immenses, merci pour l’émotion. Merci pour l’énergie. Merci pour m'accorder tes pages, merci pour les mots. Merci pour le regard vrai, franc, profond. Maintenant, je dois digérer tout ça - et tout ça, c’est beaucoup, j’en tremble encore un peu.

Je suis partie et il a dit, et toi, tu dois réaligner le cœur et la tête.

(le buraliste nous a offert ses invitations pour un concert de jazz mais c'est un peu loin de Toulouse mais c'est cool quand même et je ne sais pas si j'irai mais c'est si gentil/doux, comme cette journée, comme le garçon qui nous faisait des coeurs avec ses doigts en terrasse parce qu'il buvait du pastis depuis au moins deux heures, est-ce que la douceur peut durer encore longtemps ?)

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !