La randonnée en montagne qui tourne mal...

lu 7 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages
Cet écrit participe au concours Aventure, mésaventure ou les 2 ?

Avant dernier jour sur l'île, nous avons décidé de faire la randonnée qu'on a tant repoussée (j'étais malade, on se levait en retard,...), la veille donc de notre vol qui était tôt le matin (info importante). On se lève évidemment en retard encore, et on part pour 13h30 à La Laguna, ce qui fait qu'on arrive à Anaga (lieu de la randonnée) à 14h30. Autant dire que commencer une randonnée aussi tard (sachant qu'elle durait 4h-5h), c'était une mauvaise idée. Maiiis bon, on voulait vraiment la faire.

On entre dans le sentier qui était ma-gique ! C'était le genre d'endroit idyllique dans les films dans lequel on s'attend à voir des petites fées sortir des trous des arbres ou des fleurs, vraiment ! C'était magnifique. Je me sentais très rassurée, moi qui avait peur de finir par traverser une montagne en pente avec le vide à quelques centimètres, j'étais ravie de voir que c'était simplement un chemin large assez safe. Cette petite promenade mignonne à durée 1-2km, très courte. Ensuite, nous sommes arrivées à un carrefour, avec 3 chemins, trèès mal indiqué. On en a prit un en pensant être le bon, et là... On a fait 3 aller-retour car on ne savait pas si le chemin choisi était vraiment le bon (et sur le retour on voyait que si, alors on le reprenait pensant qu'on avait raté quelque chose sur le chemin), ensuite bah... On les a tous tester. Les 3. Celui où était indiqué "wrong way" était en fait le bon (va savoir) (évidemment le dernier qu'on a choisi), et on arriva au 1/3 de la randonné des heures plus tard. Les chemins se faisaient de plus en plus étroits, la pente de plus en plus raide et le vide était vraiment à quelques centimètres de nous. Avec mon équilibre merdique et ma chance, je pensais vraiment que j'allais y passer (on avait pas de réseaux pour appeler le numéro d'urgence, et... On savait toujours pas où on était même si ça avait l'air d'être the good way). J'étais en flippe totale ! Mais je savais qu'on était beaucoup trop en bas de la montagne pour pouvoir la remonter, que ça allait être beaucoup plus compliqué encore, alors je descendais et me mettais presque sur les fesses lorsqu'il y avait des tournants trop en pente et proche du vide. Le sol était glissant à cause des feuilles et des petits cailloux, et la pente était vraiment très raide (je ne le répéterais jamais assez), mais les paysages sur le chemin étaient magnifiques ! Ma cousine prenait des photos et moi je crisais derrière car je voulais juste en finir avec cette randonnée et atteindre le sol (j'ai très peu profité des paysages, j'avais trop peur pour ma vie).

Une fois en bas de la montagne, le chemin remontait vers une autre, et à côté il y avait un "wrong way" qui menait à une route sans issue mais qui sur des dizaines de kilomètres rejoignait la route principale de début de la randonnée. J'ai fais une petite crise pour qu'on arrête la et prennent la route car il se faisait tard et je ne voulais pas être dans le noir dans la forêt, j'aime les risque mais pas à ce point. Alors nous voilà sur la route (enfin), et là on demande notre chemin à des passants et si éventuellement il y a un bus. Ils nous disent que le dernier bus est passé depuis longtemps, et que le chemin pour remonter la montagne est "par là-bas", donc on commence à marcher... Remonter toute la montagne, en sachant qu'il était impossible d'arriver au début de la randonné avant au moins 2h du matin (il était 21h). Donc soit on dormait à un arrêt de bus jusqu'au lendemain matin, ce qui nous ferait raté notre vol, soit on marchait toute la nuit pour atteindre la grande ville (impossible), soit... On faisait du stop.

Nous voilà donc a prier pour qu'une voiture passe, à 21h30, sur une route sans issue où seuls les riverains prennent ce chemin, autant dire qu'on avait pas vraiment d'espoir. Et là. Une voiture passe et s'arrête en voyant notre détresse, en fait c'était un des riverains qui nous avait indiqué le chemin plus tôt dans la journée (subhan'Allah), et il nous a déposé non pas au début de la randonnée, mais dans la grande ville où était notre correspondance et où les derniers bus pour l'hotel passait jusqu'à 23h, La Laguna. On était aux anges !!!! La communication fut assez difficile car ma cousine parle peu espagnol, moi pas du tout, et le monsieur parlait uniquement cette langue mais on a fini à bon port avec un trajet pas chiant du tout. C'était assez drôle d'essayer de se comprendre avec des gestes, en reformulant ses phrases pour trouver des mots similaires aux deux langues, c'était vraiment amusant. En plus, le monsieur nous a fait une petite visite guidée en nous montrant les chemins qu'on croisait et en nous expliquant certaines choses (notamment que de là où on était, on voyait le volcan Teide avec le magnifique coucher de soleil).

Donc voilà nous sommes arrivées en ville claquées, ensuite on a prit 2 bus pour rentrer, puis nous avons très peu dormis car les voisins d'à côté avaient décidés de crier toute la nuit, mais malgré ça je garde un drôle de souvenir positif de cette journée, même si maintenant, je ne ferai plus jamais de randonnée au dessus de 6 km, sans carte, et en pente dans une montagne.

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !