2eme crise de domptée !

lu 28 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

La journée se termine, il est actuellement 20h24. Toujours pas de vomition comptabilisé. La psychologue m'a appelé cet après-midi pour me dire qu'ils avaient discuté entre eux et qu'ils ne sauraient pas prendre mon cas en charge, que je devais me tourner vers un centre de santé mentale pour avoir un suivi plus approfondi et régulier, car les troubles alimentaires en ont besoin.

Comment dire que lorsque j'ai entendu "santé mentale" j'ai bégueyé en voulant dire que non, je n'irai pas. Ça m'a tellement choqué qu'elle utilise ces mots pour... Moi. Pour les autres, je le comprends. Ça me rappelle tellement mon stage en hôpital psychiatrique et mes patients là-bas. Mais ils avaient tous de vrais troubles, moi je n'ai pas de réels problèmes, juste de petites habitudes à régler. Mais elle me parlait en utilisant des mots tellement lourds... Ca m'a troublé.

Après cet appel, j'ai appelé un des centres de santé mentale, et la secrétaire a dit qu'elle me rappelerait dans la semaine... Le problème étant que je pars en vacance avec ma cousine, et je devrai prendre l'appel auprès d'elle en essayant de ne rien mentionner qui pourrait me faire prendre... Je verrai comment faire.

Sinon, aujourd'hui j'ai mangé plus que d'habitude. J'ai pris un souper (une merguez, du beurre d'amande, 2 galettes d'epautres et une pomme), et j'ai aussi pris un yaourt et un paquet de mikado plus tôt dans la journée. Je ne sais pas si c'est bien, mais en tout cas ça m'a fait plaisir de les manger, et ce plaisir cela faisait un moment que je ne le ressentais plus (puisque je me privais de manger sauf en crise).

Hier soir j'avais vraiment envie de faire une crise, mais je ne l'ai pas faite, et au matin je me suis levée sans cette envie, ce qui était cool. Mais elle est revenue dans l'après midi.

Je pensais au paquet de chips que je n'ai toujours pas manger, et je commençais déjà à saliver et retrouver cet état de "trans" comme avant presque chaque crise, mais je me suis reprise en main en me disant que si je voulais définitivement arrêter, il ne fallait pas penser que "une exception" serait la seule, parce que je sais qu'elle ne l'est jamais !

Alors j'ai essayé de me mettre dans une situation où il serait difficile pour moi de vomir. Ma cousine était avec moi dans le salon, alors j'y suis restée, et j'ai regardé un film avec elle. Je n'allais quand même pas me cacher dans la cuisine pour aller me goinfrer, elle me verrait et... c'est gênant (même si je l'ai déjà fait auparavant, c'est toujours malaisant).

Quelques minutes plus tard, elle avait faim, alors elle est partie prendre un bol de céréales, et moi... J'avais faim. Encore. Faim et toujours envie de faire une crise mais en moins fort que quelques minutes auparavant (j'avais réussi a me changer les idées et tromper ma petite voix !). N'ayant pas souper et sachant que je devais réintégrer ce 3eme repas dans ma journée, je suis partie prendre à manger, et je me suis installée auprès d'elle. Là, actuellement, je viens de finir ma pomme, j'ai terminé de boire mes 2L d'eau, et je n'ai plus aucune envie de me faire vomir. Sur une échelle de 1/10, je dirai que je suis à 1, ce qui n'est rien comparé à tout à l'heure.

J'ai dompté une seconde crise ! Je suis fière de moi ! Il faut continuer comme ça maintenant. Mais bizarrement, j'ai un peu peur de me peser demain matin, ça fait vraiment longtemps que je n'avais plus manger au soir... J'appréhende un peu. Je pense faire une petite séance de sport avant de dormir, pour dire de brûler quelques calories. Des abdos, pompes, squats,...

1
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Maryline_du_59
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !