Ma première vraie histoire d'amour...

lu 30 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages
Date sur la ligne du temps : 18 Août 2019

Inutile de renommer ce texte come back, vu le nom du précédent. Il s'est passé tellement de choses depuis... Par rapport à mes stages, je n'ai pas trouvé de lieu. Enfin si, j'en avais trouvé un, mais la nouvelle pharmacienne a appelé l'ancienne pharmacie pour savoir comment était mon travail là-bas (j'ai eu une moyenne de 80%, très bonne moyenne), et évidemment ils n'ont pas hésité à me descendre... Donc la pharmacienne n'a plus voulu me prendre, et je me suis retrouvée sans lieu de stage ! J'allais en cours le mardi matin, jeudi et vendredi pour tout de même valider mes cours (qui à la fin n'ont pas été validé puisque je n'ai pas passé mes examens), et j'ai appris pas mal de choses donc je ne regrette pas. Par contre, mes parents ont mal pris la nouvelle. Le fait que je ne veuille pas prendre la peine de valider mes examens. En fait, j'avais plusieurs raisons:

La première étant que, durant l'année, j'ai découvert qu'il y avait des cours d'éducateur spécialisé dans cette même école, et l'âge minimum était de 20 ans (pas 22 comme l'école dans laquelle je voulais aller)

La deuxième, c'est que je ne voulais pas avoir à faire 1 an sans rien faire ensuite, à part 6mois de stage (pas tous les jours semaines) en sachant en plus que je n'aimais pas ce métier... Oui, je n'aime rien. Dieu m'a donné une très bonne tête (Al hamdulilah), mais je n'arrive pas à trouver ma voie. Le plus compliqué étant que je réussi ce que j'entreprends sans l'aimer, et ça, mes parents ne le comprennent pas.

Donc voilà. Niveau cours, c'est compliqué, mais j'espère trouver ma vocation cette année inch'Allah ! Sinon bah... Je verrai quoi faire, j'ai pas envie de stresser maintenant. Après tout, diplôme ou pas, ce n'est pas ça qui va guider ma vie professionnelle, moi qui veut tout tester (niveau études, formations, et job).

Que dire... J'ai un monsieur ! Enfin... Un... Copain?! Ah, je n'aime pas ce mot ! Mais oui, c'est ce que j'ai, un copain. Il est... Génial. Vraiment. En fait, il y des choses que je n'aime pas, et tellement de choses que j'aime. Et le mieux dans tout ça, c'est que ce que je n'aimais pas, j'ai l'impression qu'il s'estompe au fur et à mesure que je le lui dis, et ça... C'est magique ! Je l'ai rencontré sur internet (oui oui), ensuite on a parlé durant 1 mois et demi sans se voir (on s'est parlé 2 semaines avant le début du ramadan, puis lorsqu'on s'entendait assez bien pour vouloir se voir, on ne voulait pas faire ça durant ce mois sacré), alors on s'est vu le 8juin. Pour la première fois. C'était une période géniale: les examens ! Moi je m'en foutais, mais lui les passait, et malgré tout on se parlait toujours autant. On s'est vu à la fin de ses exams, durant la semaine de l'aid, et c'était... Waw ! Je revis le moment là haha

Le meeting avec mon futur boyfriend

On s'est vu dans une grande ville, il y était arrivé avant moi. Par message, la veille, je lui avais dis que le moment qui m'angoissait le plus était celui où je marcherais vers lui, et qu'il me regarderait (oui, je suis un peu bizarre). Alors, pour ne pas me mettre mal à l'aise, il a fait semblant de ne pas me voir lorsque je suis arrivée (il est vraiment comme ça, tout le temps). Je me souviens encore de ma première impression: il était grand, imposant, larges épaules, musclé, carrure large, waw... Tout ce que j'aime ! Presque intimidant.

Je me suis avancée jusqu'à lui, puis la journée a commencé... Pas aussi idéale que prévue ! Mais ça fait son charme. Déjà, il pleuvait par moment, donc on se réfugiait sous les petits toits qu'on trouvait tous les 10m avec mon petit parapluie, bien trop petit pour nous deux. Ensuite, on a fait QUE marcher ! On s'est posé à 2 moments seulement, sinon on a vraiment fait 4h de marche... Autant dire qu'en rentrant on était claqués ! Mais c'était beau malgré tout ça, ça me fait rire en y repensant.

On a visité un musée (après s'être perdu pour le trouver), et on devait aller dans un jardin botanique, mais une fois devant... C'était fermé. Evidemment. On s'est baladé (beaucoup), puis nous sommes partis manger, et ensuite on s'est échangé nos cadeaux de l'Aid, car oui, on y avait pensé. L'idée folle la dedans, c'est que tous les deux, nous avions eu la même idée de cadeau: une huile végétale. Lui m'a offert une huile de nigelle (huile que j'adore), et moi une huile de macadamia. Il m'a aussi offert une bougie au jasmin qui sent magnifiquement bon, et moi je lui ai donné un mug avec la tête de son disney préféré, et du chocolat belge (ai-je précisé qu'il est français?! Il fallait bien faire honneur à mon pays !)

La journée s'est bien passée dans l'ensemble, en soi il y a eu beaucoup d'imprévus, mais malgré tout j'en garde un beau souvenir car avec lui, ça a tellement bien matché. Il avait beau pleuvoir sur nous, le fait de lui parler embellissait vraiment le moment, et j'y trouvais son charme. J'ai vraiment senti une connexion, et c'est sur elle que je me suis concentrée.

Au moment de se dire au revoir, je voyais dans ses yeux qu'il ne voulait pas partir (moi si car j'étais vraiment épuisée (j'étais en fin de règles, càd que les symptômes étaient toujours là)) alors nous nous sommes quittés assez tristement tous les deux, et j'ai rejoins mon amie en lui expliquant touuuute la journée haha.

Jusqu'ici, nous n'étions "rien", enfin, rien de concret. On s'est appelé le lendemain soir pour reparler de la veille (car le jour de notre meeting j'ai dormi chez une amie, du coup pas possible de s'appeler), et là... Toute la journée, je me demandais ce qu'on était vraiment. Moi je voulais plus qu'une amitié, et j'étais sûre que lui aussi, alors je voulais jouer cartes sur table et dire clairement les choses ! (Pour éviter mon expérience foireuse précédente où nous n'étions pas en couple, donc quand il est allé voir une autre je n'avais rien à dire. 1 fois, pas 2 !). Alors une fois en appel, je lui ai demandé

- O, on est quoi?

- Comment ça on est quoi?

- Bah... On est potes ou...

- On est ensemble, non? (il l'a dit sur un ton, comme si c'était clair et ce depuis longtemps)

- Ah, oui. Tu comptais me le dire quand?!

Et ensuite il m'a dit que c'était une évidence pour lui haha. Ca m'a tué ce moment, il était presque choqué que je lui pose la question tant c'était déjà le cas pour lui.

2eme date

Alors... Cette fois-ci, je voulais aller dans un parc ! Et c'était moi qui choisissais le lieu, alors j'en ai trouvé un dans une ville à coté. On a passé la moitié de la journée là-bas, c'était teeellement mignon, assis devant un lac à regarder les canards et jouer au uno (je l'ai exterminé hehe). J'avais pris un tapis sur lequel on s'était posé, mais l'herbe étant humide, on s'est relevé tout mouillé car l'eau avait transpercée nos vêtements... (Oui, romantique je sais)

On n'a pas été mangé, parce que... Mon rapport avec la nourriture est un peu compliqué (j'y viendrai), et le pauvre m'a dit qu'en rentrant il était affamé, mais personnellement je ne ressentais pas le besoin de manger (tant j'étais stressée aussi).

On s'est aussi baladé dans la ville, il y a eu quelques contacts physiques notamment les nombreuses fois où j'ai failli me faire renverser par des vélos et qu'il me tirait vers lui, où les fois où il allait traverser au rouge et que je le rattrapais par l'épaule. Des petits contacts, mais moi qui déteste être touchée ou toucher quelqu'un, c'est un exploit.

Le date s'est terminé de manière très rapide... J'ai failli rater le train ! Alors j'ai couru pour l'avoir sans même prendre le temps de lui dire au revoir, sachant pertinemment que dans 2 semaines il partait en voyage, un voyage long de plusieurs mois. Mais sur le coup, je n'avais pas réalisé la chose, je pensais juste... A mon train (et au passage, mes parents qui me tueraient si je ne l'avais pas). Alors nous nous sommes très vite quittés, et ça devait être la deuxième et dernière fois qu'on se voyait avant son voyage... Triste comme au revoir, je sais.

3eme date... Magique !

Ce 3eme date n'était pas censé avoir lieu. Les 2 autres avaient été prévus longtemps à l'avance, alors que celui-ci s'est organisé quelques jours avant. Il devait partir en voyage dans les jours qui arrivaient, et je culpabilisais tellement de ne pas lui avoir dis au revoir correctement... Alors il a libéré une journée pour pouvoir me voir (on habite à 1h30 l'un de l'autre, et aucun n'est véhiculé, donc les date ça se prévoit !)...

On s'est donc vu 3 jours avant son départ ! Le jour où mes règles devaient arriver...

GROSSE PARENTHESE

j'ai passé plusieurs examens médicaux pour suspicion d'endométriose au moment où je commençais à lui parler. Les résultats montraient qu'il n'y avait rien, mais le médecin m'a dit qu'il était possible de passer à côté de quelque chose car les examens là n'étaient pas assez précis, et qu'au vu des symptômes, il valait mieux traiter en prévention même si, s'il y avait quelque chose, ça ne devrait pas être to much (autant dire que, connaissant les risques d'infertilité de la maladie, même s'il avait bien dit que je n'vais peut-être pas l'endométriose, j'ai surtout retenu que peut-être, je l'avais. Et là, j'ai pleuré comme un bébé dans son cabinet ! Pauvre médecin... Il ne comprenait pas la situation puisque pour lui, c'était une assez bonne nouvelle). S'en est suivi un traitement hormonale qui ne me convenait pas, je me sentais... Mal. Tout simplement. J'avais plus de douleurs encore, des règles toujours aussi douleurs et plus, des douleurs hors règles, enfin il ne m'était pas adapté. J'ai donc été voir une naturopathe-ostéopathe-acuponcture-médecin généraliste-phytothérapeute (oui, elle est qualifiée), qui m'a donné des traitements plus adaptés et que je prends toujours actuellement. Bon, ce n'est pas miraculeux, mais je garde espoir que tout s'arrange.

Ce que je voulais dire, c'est qu'au moment où j'ai eu la pose du diagnostique, je faisais des recherches chaque jours, et je likais des pages facebook sur le sujet dés que j'en trouvais une, mais à lui, je ne lui en parlais pas car pour moi, puisque le médecin n'avait pas dit clairement que j'étais atteinte, je n'avais pas à le mentionner. Cela faisait donc 2mois et demi que l'on se parlait, et durant ces 2 mois parfois il me posait des questions comme "est ce que tu as des choses que tu gardes pour toi" etc, et c'est vrai que cela pouvait être perçu comme une occasion de le lui dire, mais je ne le voyais pas de la sortes, donc je ne disais rien.

Quelques jours avant notre 3eme date, il m'a avoué savoir de quelle "maladie" j'étais atteinte (car je lui avais parlé des rendez-vous que j'avais chez un nouveau spécialiste et de ma peur d'un nouveau traitement potentiellement encore mauvais/douloureux). Je ne savais pas du tout où me mettre... Il m'a dit le savoir depuis le début où je l'ai ajouté sur facebook (c'est à dire 1-2 semaines après s'être parlé), qu'il avait fait beaucoup de recherches et qu'il en connaissait les risques. J'étais. Tellement. Mal. Vraiment ! Il m'a prise de court. Avant même que je m'explique, il m'a dit qu'il avait un peu pris peur au début, en se demandant s'il était prêt à se "laisser aimer" quelqu'un sachant que peut-être il ne pourrait pas avoir d'enfants, et que cette inquiétude l'a vraiment titillé. A la fin, il s'est dit que ce n'était pas ma faute et qu'il m'appréciait assez pour ne pas arrêter de me parler (je répète, ça devait à peine faire 2 semaines). Puis, il a fini par se dire que j'en valais vraiment la peine, enfants ou pas.

J'ai donc commencé à expliquer la situation, en précisant que rien n'était sûr et que j'avais autant de risque qu'une autre femme (bon... Légèrement plus). J'essayais d'être le plus concise possible tout en me montrant aussi rassurante que les différents médecins que j'ai vu, tout en sachant au fond de moi que j'embellissais pas mal la chose, donc en y croyant moyennement, et là, il m'a dit:

- "T'essaies de rassurer un mec qui même en s'attendant au pire, était déjà rassuré"

... J'étais bouche-bée. Je le suis encore en relisant le screen de cette conversation (car oui, je l'ai gardé). On a parlé durant des heures (toute la nuit jusqu'à 7h du matin). Il me posait des questions pour savoir comment je vivais la chose, si ça faisait aussi mal que ce que décrivaient les femmes qui s'expliquaient dans les articles qu'il a pu lire, si ça se soignait, pourquoi je n'avais rien dit,... Tant de questions centrées sur moi et mon ressenti, et pas sur le fait d'avoir ou non des enfants. C'est de là que j'ai compris que mon bien-être était ça priorité, et ça... C'est génial... J'ai pas de mots pour le décrire.

Il m'a alors rappelé la fois où, on parlait de nos futurs projets au téléphone, et je lui avais dit que je voulais adopter des enfants, que j'en ai par moi même ou non. Puis je me suis tournée sur le fait que beaucoup de personnes ne savaient pas en avoir, mais qu'il y avait plusieurs moyens d'y parvenir (FIV, PMA,...) et là il m'a fait remarqué que j'étais bien renseignée sur le sujet. Autant dire que j'ai bégayé en disant que j'en avais lu un peu par curiosité, puis j'ai essaye de lui retourner la question de base, et il m'a dit qu'il ne voulait pas adopter, sauf en cas extrême, c'est à dire que naturellement, ce soit impossible. En reparlant de ce moment, il m'a avoué avoir posé la question volontairement, en sachant/pensant que j'étais malade, et qu'avait ça, il n'avait jamais pensé à adopter, mais qu'il a reconsidéré la question lorsqu'il a su pour moi et qu'il a commencé à imaginer sa vie... Avec moi.

FIN DE LA PARENTHESE

J'ai fait pas mal de route pour lui éviter de se déplacer puisque je savais qu'il avait des choses à faire avant de partir, j'ai donc fait 2h10 de route aller, 2h10 retour. Oui oui, je suis investie dans les choses qui me tiennent à coeur. Il ne voulait pas que je vienne sachant que je serais probablement indisposée ce jour là (bah oui, je lui ai dit puisque moi même ça m'inquiétait. En fait, je voulais le prévenir que si j'étais "malade", j'aurais probablement du mal à marcher donc qu'il ne fallait pas qu'on passe la journée à se balader), mais j'ai insisté pour venir, en précisant que j'aurais ma trousse magique à plantes avec moi !

On s'est donc retrouvé au parc, de nouveau. Un petit parc, mignon et calme, pas ouf, mais la ville était cute (même si lui ne l'aimait pas. On a pas les mêmes goûts niveau ville, du tout). J'avais pris un tapis et cette fois, l'herbe était sèche ! On a donc passé la journée assis/allongés sur ce tapis; car... Après 2h, les anglais ont débarqué. J'ai pris mon traitement de crise sur le moment, et il m'a demandé si ça allait, comprenant bien pourquoi je prenais ça. J'ai dit que j'avais un peu mal à la tête (ce qui était fooortement le cas, mais j'avais surtout mal au ventre). Il voulait qu'on aille marcher juste avant que je prenne ces cachets, je lui ai ensuite répondue que je voulais rester assise un peu plus longtemps, et il m'a dit de prendre mon temps, qu'on était bien là.

On a passé la journée a discuter, c'était... Adorable ! On avait pris des fruits avant (qu'il a payé. Il paie toujours tout d'ailleurs et ne me laisse jamais faire, ça m'énerve ! Je l'ai menacé pour la prochaine fois) qu'on a mangé là-bas. Enfin, qu'il a mangé. J'avais trop mal pour avalé quoique ce soit. Après plusieurs heures, on s'est levé et avons marché dans la ville.

J'étais accrochée à son bras, chose que je me suis surprise à faire, car je ne fais jamais ce genre de "premier pas". Je l'ai assez rapidement lâché, et il en a profité pour me prendre naturellement la main. Mais. Problème. Il est beaucoup plus grand que mois, ce qui fait qu'il était difficile de se tenir les mains si son bras passait devant le mien (tout ça pour dire que pour chaque chose romantique, nous sommes tous les deux assez maladroits haha), alors j'ai remis ma main derrière pour pouvoir la tenir correctement. Petit détail: il faisait super chaud, et mes mains étaient SUPER MOITES !! De vraies flaques d'eau, et lui en riait, il s'en fichait et trouvait sa marrant. Moi j'étais un peu mal à l'aise, puis je me suis dis... Bah tant pis ! Elles glissaient chaque 5 minutes enfin bref, j'en ai des souvenirs drôles !

C'était génial, se balader en se tenant la main à côté d'un fleuve un jour d'été, le soleil qui tapait, les fleurs autour de nous, même les oiseaux chantaient ! C'était un très beau moment, vraiment. On a ensuite pris le chemin vers la gare (où là j'étais à moitié tournée à l'opposé de lui tellement je grimaçais de douleurs, ça faisait mal mal mal !) et une fois arrivé, on a attendu mon train, assis sur un banc, il enroulait mes épaules de ses bras, et je déprimais sur le fait qu'il allait me manquer, vraiment, et lui essayait de me rassurer. Lorsque mon train est arrivé, je lui ai ouvert mes bras pour lui dire au revoir d'une manière plus décente que le sprint que je lui avais offert la fois précédente, et je l'ai câliné en lui donnant toutes les ondes d'affection qu'il m'était possible de lui donner sur le moment. D'ailleurs, j'ai vraiment eu du mal à le lâcher... Bordel qu'il me manque.

Voilà. Cela fait 2 mois et demi que nous sommes ensemble, il y a eu quelques disputes (relation à distance c'est compliqué), mais bizarrement, après chacune d'entre elle, je l'aime encore plus qu'avant. Je ne sais pas si je suis follement amoureuse, je ne pense pas, mais je tiens réellement à lui, et je l'aime d'une manière non pas folle, mais forte.

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !