Lundi 16 Avril 2018 Toujours échouée dans SES cailloux.....

lu 116 fois • écrit publicAjouter aux marque-pagesSignaler un abus
♫ Musique d'ambiance : [source]
Titre : Andra - Why
Chargement de la musique...



00h00

Week-end terminé Dear Darling, samedi prochain comme convenu avec coloc c'est à son tour d'avoir sa soirée, il en a bien profité samedi dernier pour faire le baba au whisky avec ses ami(e)s, il pourra donc recommencer samedi prochain si tel est son plaisir.
J'ai peine à croire qu'il tienne cet engagement, j'ai toujours ce sentiment que notre séparation (souhaitée de sa part comme de la mienne je tiens à le redire) et notre colocation forcée (souhaitée de lui uniquement voici 3 ans que j'attends la mise en vente de notre maison) pour raisons financières ne soient que poudre aux yeux et qu'un piège tendu m'attende à un certain tournant de notre rupture.


Car plus que jamais il est présent en tous lieux où je me trouve physiquement ou virtuellement, soit de par sa propre présence ou celle de ses ami(e)s au rapport.
C'est assez pénible d'ailleurs.
Et je me demande ce que ses amis ont bien pu lui mettre en tête pour qu'il n'en démorde pas de la sorte, quel plan diabolique a t'il établit en leur compagnie ?

Bref, je ne suis pas dans sa tête ni celle de ses potes et de ses copines, dont je n'ai appris l'existence que dernièrement, je ne savais pas qu'il avait des copines, il y a donc un pan de sa vie qui m'est caché alors que moi je suis censée tout lui dire, en tout cas il l'exige et il estime être dans son droit malgré notre séparation, mais alors je ne comprends pas bien pourquoi est-ce son droit et pas le mien ?

J'épluche les offres d'emploi, un job me permettrait de partir d'ici au plus vite, car il le faut, je ne me sens pas bien du tout à vivre sous le même toit que coloc dont le comportement devient de plus en plus étrange (pas le toit, mais coloc).


Je ne peux pas partir avec mon balluchon et m'en aller vivre sous les ponts, non merci.

Et puis cette maison je ne la supporte plus, j'en suis prisonnière depuis si longtemps (mais il paraît qu'en nous gardant dans cette maison il nous sauve, il sauve Da,il sauve petite An et il me sauve moi, et lui je ne sais s'il se sauve aussi mais j'ai pas bien compris en quoi il nous sauve, moi j'ai plus l'impression qu'il me tue à petit feu mais bon.....) que c'en est devenu insupportable, je ne me sens plus chez moi mais chez lui.


Oui je reste le plus possible enfermée dans ma chambre mon refuge (et il me dit que je joue les ados de 15 ans, ça ne m'amuse pas franchement pour tout te dire), mais même là il se sent le droit d'entrer sans me demander mon avis, nulle part je n'ai d'intimité, nulle part je n'ai un réel espace de vie à moi, nulle part.......


Et puis je veux partir un point c'est tout, avant de me mettre une balle, ce qui finalement, lorsqu'on réfléchit bien, l'arrangerait non ?
D'ailleurs ça le fait bien rire ma peur de lui, car comment une femme comme moi pourrait avoir peur d'un homme tel que lui, et puis il m'aime tellement, tellement si fort !
Et puis quelle image de lui je donne à parler ainsi.

Mouais, c'est beau l'amour............si beau !

ça te donne pas envie Dear Darling !?

Purée, je n'ai encore fait que de parler de lui, il faut que j'arrête mais ça me bouffe tellement la vie et il est tellement partout, même dans les endroits que j'avais trouvé pour respirer un peu il est, même ici il est.


J'ai le sentiment d'une traque, d'une chasse à laquelle il fait participer beaucoup de monde visiblement.
C'est ainsi que je le vis.
Et crois-moi Dear Darling c'est une horreur à vivre.
Et surtout de voir à quel point il s'en délecte.
A quel point c'est jouissif pour lui.

11h05

Magnifique soleil ce matin, un vrai temps de printemps, mais pas le temps de flâner, il faut que j'emmène ma Da a son rendez-vous avec le Pr G.

11h13

Car n'oublions pas qu'au beau milieu de ce chaos qu'est ma vie je poursuis notre lutte avec ma fille contre cette p""""" de maladie qu'est l'anorexie, rien ne me sera donc jamais épargné Dear Darling, je crois qu'il faut que je me fasse une raison. Je dois lutter contre l'anorexie, contre mes propres blessures de l'âme aussi, contre mon coloc et son armée de copains et copines et quoi d'autre encore ?

13h28

Le Pr G a demandé de mes nouvelles à ma Da, elle lui a expliqué vite fait ma situation, il l'a éclairée sur sa perte de poids et ce phénomène normal doit être réglé avec la pédiatre.
Après le déjeuner de ma Da , moi les événements me coupent l'appétit, nous irons prendre le café chez ma GW.
Petite An boude, car son père a enfin décidé de la décoller de la console de jeux, et lui du même coup, et l'emmène boire un coup à ce qu'il paraît.
Ne t'inquiète pas Dear Darling il n'y aura pas d'alccol dans leurs verres, lol.

13h32

Enfin bref petite An n'est pas, mais alors pas enchantée du tout.
Normal il l'a habituée, malgré mes protestations dont il se fout royalement, à passer presque tout son temps libre sur ps3.
Ce qui est à min sens extrêmement mauvais et pour lui et pour elle. Mais mon avis ne compte plus depuis longtemps maintenant.

18h50

Da est partie pour le reste de la semaine chez mes parents, me voici seule ou presque avec coloc, je n'aime pas trop Dear Darling.

20h30

Une petite coupe de fraises arrosées de cognac et sucre vanillé pour adoucir ce début de soirée.

16
+1
Ils aiment cet écrit :
  • DraconicAngel
  • Aeliassa
  • Lizo
  • Lolita01
  • Addam
  • etoiledesneiges
  • Philophobia
  • laetitia
  • Morrigan
  • Catherine M.
  • Scy
  • DP 2.0
  • Agent conversationnel
  • Elisa01
  • Hope_3
  • Onsemiro Yegrina
Partager l'écrit