Dimanche 1er Aout

lu 742 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

God save me of my friends. Antigone


Ca y est, elle a réussi à me dégoûter d'elle définitivement. Le peu d'estime qu'il me restait pour elle s'est envolé dans un panache de fumée noire. Comment ai-je pu la supporter aussi longtemps? Je mériterai presque une médaille. Parce que j'ai essayé, j'ai tenté de voir les choses de manière plus positive. Je me suis remise en question. J'ai mis en cause mon sale caractère, mon irascibilité. J'ai même cru que je manquais de tolérance à son égard. La conversation que j'ai eu hier avec C. m'a montré que je n'avais pas tout les torts, bien au contraire. Cette pauvre conne se fout du monde. Elle a envahi mon espace et s'est imposé dans ma vie bien plus souvent qu'elle ne l'aurait du. Pauvre gamine qui se lamente encore et encore sur son passé, sur le destin, sur les gens. Tout les malheurs qui lui tombent dessus sont toujours causés par les autres. Ses torts sont inexistants. Comment peut-on avancer si l'on ne voit pas ses propres erreurs et seulement celles qui autres? Elle a profité de mon envie d'aider ceux qui en ont besoin et a tenté d'aspirer ma personnalité. Comme si j'avais besoin d'un clone. Comme si j'étais à prendre en exemple alors que c'est loin d'être le cas. Comment ose-t-elle donner des leçons aux autres? Une putain de mégalomane qui se planque sous un masque de modestie et de fragilité. Tu n'es qu'une menteuse mais la seule personne que tu sois parvenue à berner, c'est toi.

Tu as une image de la vie idéale assez horripilante. Tu te noies dans les paradis artificiels en ayant la conviction que cela te rend meilleure que les autres. Etre accro aux amphétamines ne fera jamais de toi une personne "cool", du moins pas aux yeux de ceux qui en valent la peine. Tu te crées des relations futiles avec une telle ou un tel et tu les agites comme des trophées. Et bien sûr tu les as bien ciblé, vérifiant avec minutie qu'ils repondent bien à tes critères draconniens. Désolée mais je ne suis pas née pour reposer sur un manteau de cheminée. Tu souris à pleine dents quand on a de quoi te combler puis jette si la tournure que les choses prennent ne te plait pas. Tu te traines par terre comme une merde avec Hoffman en étant persuadée que l'on t'apprécie pour ça. Comment peut-on se tromper à se point? Je souhaitais juste de la sincérité, du respect, du partage et de l'optimisme. Faire semblant ne comptait pas. As-tu vraiment crus que je serais là jusqu'au bout? Non, bien sûr que non. Tu sentais que je m'échappais et sans cesse tu me faisais renouveler mes promesses d'amitié éternelle dans les moments où j'étais le plus faible. Mais tu savais que ça n'arrangerait rien et désormais je pars. Ces derniers temps, j'ai presque espéré ta mort subite. Ca pourrait être drôle et je serais débarrassée de toi définitivement. Et je trouve ça odieux de la part d'un être humain de vouloir la disparition d'un de ses semblables mais puisqu'il s'agit de toi, je n'ai pas de remord. Repoudre toi bien le nez jusqu'à crever la bouche ouverte dans la boue. Ca nous fera à tous de superbes vacances.

On dit qu'un ami est celui qui est capable de t'accepter et de t'aimer tel que tu es, peu importe tes erreurs et tes défauts. Puisque je ne suis pas apte à cela envers toi, ne soyons plus amies.

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit
LinKuFF
LinKuFF :

J'ai entendu dire un jour que ce n'était jamais l'autre qui envahissait notre espace, c'était plutôt nous même qui n'avons pas su en montrer les limites. On a souvent tendance à vouloir des choses des autres sans pour autant exprimer ce que l'on veut. Ils ne lisent pas plus dans les pensées que nous, il suffit parfois d'en parler dès le début sinon ça s'accumule et ça pète ;)

Mais apparemment ton amie t'a réellement blessée pr penser des choses comme ça

Another Day
Another Day :

C'est vrai que j'ai du avoir du mal à définir les limites de mon espace par peur de la blesser même si ces temps-ci je m'étais montrée plus distante et que j'hésitais pas à lui faire savoir quand elle me gonflait. J'ai parfois tendance à penser que les choses vont tellement de soi qu'il est presque inutile de les exprimer mais la plupart du temps j'exprime toujours ce que je veux ou mon opinion. Là le soucis c'est qu'elle ne m'a même pas blessé. Son comportement m'a tellement dégoûté que c'est plutot un soulagement de la laisser sur le bord de mon chemin. C'est son attitude vis à vis des autres plus que de moi que je n'accepte pas. Avoir pour amie une droguée qui profite des autres tout en se faisant passer pour un ange ça m'interresse pas.

LinKuFF
LinKuFF :

Un moyen de cacher son mal-être... mais du coup c'est toi qui semble être la seule témoin de ça.
C'est vrai qu'on a souvent tendance à croire que les gens vont réagir comme on le pense, mais des fois ça leur passe au dessus :)
Essaye peut être de clairement lui en parler sans faire exploser ta colère. Et si ça ne change pas... n'épuise pas toute ton énergie à quelque chose qui ne t'apporte rien.

Another Day
Another Day :

Loin de vouloir cacher son mal-être, elle le surexpose et en fait une excuse pour tout. Je ne lui reproche pas de se droguer - chacun s'amuse comme il veut - mais de le faire pour se donner une attitude (il parait que ça rend cool). Et je suis loin d'en être la seule témoin. Je ne suis pas en colère mais je n'aime pas avoir de boulet accroché à mes chevilles.
Dés l'instant où j'ai terminé ce texte j'en ai fait une affaire classée. Elle fait déjà partie du passé.
En tout cas c'est agréable de lire les conseils et réactions d'une personne complètement neutre et extérieure à ma vie. D'où l'attrait de ce site ^^

Manalia
Manalia :

J'adore! Le premier paragraphe est semblable à une situation que je vivais il y a peu, ce qui me fit sourire :-)

nranoucha
nranoucha :

C'est génial,j'aime ton style,je te félicite,mais pourquoi t'as perdu l'espoir d'être son ami?pourquoi ne pas tenter ta chance une autre fois?pourrais-tu me répondre...

Another Day
Another Day :

Merci. Ce n'est pas pour être arrogante mais je considère en quelques sortes que si y'en a une qui devait donner une chance à l'autre, ça serait moi, et donc que c'est à elle de la tenter. Enfin bon, ce que j'ai écrit ce jour là je n'sais pas si je le pense vraiment toujours. D'un côté ci, mais de l'autre... Parce qu'à vrai dire, en y réfléchissant davantage la personne décrite dans ce texte ce n'est qu'une facette de sa personnalité. Et il y a d'autres facettes d'elle, celles qui ont fait notre amitié. Je l'avais juste oublié l'espace d'un instant. L'impulsivité est plus mauvaise que bonne.