Jeudi 29 Juillet: un rêve

lu 946 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Un Anglais a dit : "Nos rêves se réalisent lorsqu'ils sont assez beaux. A croire que personne ne rêve !"


J'ai fait un rêve cette nuit, un rêve où j'étais aimé de tous et de toutes. J'inspirais la sympathie, l'amitié, l'amour, le désir, la curiosité. C'était étrange. Et j'avais beau commettre des erreurs, ainsi que les autres, tout tournait toujours en ma faveur. J'ai vécu une succession de scènes plus idiotes les unes que les autres, mais qui démontrait bien ma chance insolente. J'étais dans cette friperie où je me fis offrir ces vêtements jetés par ma mère et que j'aurais regretté si je n'avais pu mettre la main dessus. Certains de ces morceaux de tissus existent réellement, d'autres ne sont que le produit de mon imagination onirique. J'étais attendu à un examen académique, le baccalauréat ou autre, et le temps ne semblait pas être une préoccupation. Je vaquais à mes occupations sans avoir l'air d'être dans l'attente de quelque chose, sans ressentir le moindre sentiment négatif, pas de stresse. C'est mon amie qui me rappela mon épreuve. Je regardai l'heure sur mon portable, il indiquait 8 heures 33. On aurait dis que j'étais en retard mais ce n'est pas du tout ce que je ressentais. J'étais tranquille, apaisée. J'ai perçu cette nuit la serenité qui me manque au quotidien. Je la regrette déjà.

L'un des sentiments le plus important dans ce rêve était le désir. Des autres envers moi. De moi envers les autres. Chose singulière, il y a avait ce couple homosexuelle dans la chambre d'une de mes connaissances. A chaque fois que j'en ouvrais la porte, ils étaient en train de coucher ensemble. Mon entrée ne les dérangeait pas pour autant et ils continuaient leur activité. Et je n'étais pas le moins du monde gênée non plus. Peu importe le nombre d'évenements incongrus qui défilaient sous mes yeux, je n'étais étonnée de rien. Il n'y avait rien pour me faire ciller. Mon corps, mon coeur et mon esprit étaient calmes comme jamais auparavant. Sauf quand le désir est entré dans l'équation. Il y avait cette fille que j'apprécie platoniquement dans la réalité. Dans mon rêve, elle me désirait ardemment et je n'étais pas indifférente à ses attentions. Elle est belle et possède un esprit puissant semblable à celui d'un homme. Nous jouions toutes les deux à nous séduire. J'étais espiègle, lui accordant un baiser ou une caresse pour mieu la repousser ensuite. J'aimais la façon dont elle me regardait. Je voulais du sexe avec elle.

Quelqu'un m'a surprise à m'effleurer le sein pour la taquiner. Car oui, nous étions dans un lieu publique. Cette personne a été dire à qui veut l'entendre que j'étais une salope qui s'auto-tripotait n'importe où afin de séduire n'importe qui. Les gens me connaissant venaient me voir pour rétablir la vérité. Mais je m'en fichais. Toujours ce même apaisement qui régnait en moi. Pourquoi me prendre la tête parce que je me suis frottée le sein l'espace d'une demi-seconde? Il faut bien soulager ses démangeaisons. Je crois que j'étais heureuse avec cet état d'esprit. Je n'ai pas ressenti un seul mauvais sentiment tout au long de ce rêve. La vie me paraissait douce. Aucun obstacle. Aucun ennemi. Juste le plaisir de vivre parmi les autres hommes en leur offrant autant de sourire qu'il y a d'étoile dans le ciel.

Le passage dont je me souviens le moins et malheureusement le plus important à mes yeux. Je me rappelle juste de sa présence, mais tout les mots que nous avons échangé sont perdus à jamais ainsi que les gestes que nous avons pu avoir l'un envers l'autre. Le plus drôle - ou affligeant - c'est qu'il en est de même dans la réalité. Ce tout jeune homme qui occupe la plupart de mes pensées je ne le côtoie que sous le joug d'un quelconque orviétan. Nos instants partagés je les oublie sans le vouloir. C'est comme si le diaphragme composant le mécanisme de mon oeil avait été mal réglé, ne me laissant qu'avec ces images floues. J'aimerais mémoriser ses gestes et ses paroles avec précision. Je ne l'aime pas, mais il me charme plus que quiconque. Il me donne envie de le conquérir. Je le veux dans mon lit, et après... Et après on verra.

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit
LinKuFF
LinKuFF :

Très agréable à lire en tout cas comme rêve :)

Another Day
Another Day :

Merci, je ne l'aurais certainement pas raconté de la même façon et sauté quelques passages si j'avais du le faire non anonymement aha ^^'

LinKuFF
LinKuFF :

C'est aussi ça que j'aime avec ce site :) une liberté d'écrire sur nos pensées les plus intimes... (même si perso ce qui est vraiment intime je le garde en privé ^^)

ellie
ellie :

Je suis d'accord avec LinKuFF.
Tu pourrais devenir écrivain! Salut!

ellie
ellie :

Désolé je n'ai lu que les premières ligne et j'avais pas lu la partie finale ^^ ! Oups!

Another Day
Another Day :

De quoi tu t'excuses?

ellie
ellie :

Non rien! ciao!!!!

PrinceSse-Elektra
PrinceSse-Elektra :

C'est très jOlie et très bien exprimer j'adOre sa cOntinu ^.^

Maliang
Maliang :

Trés bien écrit, j'ai eu beaucoup de plaisir à le lire. Surtout que ça me rassure, je ne suis pas la seule à faire des rêves étranges. =) .Et je suis d'accord avec toi, le fait de ne pas se rappeler des images ou des simples gestes c'est trés déconcertant. Bonne continuation. ^^'

nranoucha
nranoucha :

J'aime ton écrit!mais je vois que ce rêve est un peu long!tu as du dormir deux jour!hhhhhhhhhhhh