Lundi 07 Janvier 2019

lu 33 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Cher Journal,

Je suis éreinté ! Parti tôt le matin pour rejoindre le bahut et valider un livre, puis aller récupérer un bouquin, et repartir dans le sens inverse pour parcourir 7 librairies afin de trouver UN livre ! Le tout à pied ! Mais étonnemment, j'ai bien aimé. C'est ce genre d'activité qui me fait continuer à croire que je suis bel et bien vivant. Bel et bien vivant, parce que je suis un partisans du "I am already dead inside" depuis quelques temps. Quand? Je ne pourrais le dire exactement. Des fois même je me dis nihiliste, mais un vrai nihiliste agirait comme si cette vie n'en valait pas la peine. Et tu sais quoi? Je suis contre cette affirmation ! Si on a une vie, peu importe qui l'a donnée, c'est qu'il faut l'utiliser. Mais quand je vois comment certaines personnes l'utilisent, quand je vois à quel point la société peut être moutonneuse parfois, je perds foi en l'humanité. Voilà pourquoi "i am dead inside" et que je suis considéré comme associal... Je déteste juste le fait qu'il faut respecter ceci, respecter cela, et tout cela pour être accepté dans la société.

"Mais au diable la société ! Laissez-moi juste vivre en paix !"

Donc je disais que je me sentais vivant l'espace d'un jour. Tu te souviens, je t'avais parlé d'une amie. On va la nommer Lara. Ca fait trois ans qu'on s'est connus, mais on n'est proches que depuis environ 6 mois si je me rappelle bien. Pour l'histoire, on était entrés ensemble en première année; je l'ai directement reconnue car c'était une amie à un ami (haha, je déteste cette expression, j'ignore pourquoi) qui était fanatique du club de Barcelone. Moi aussi j'aime bien les catalans, non pas pour le joueur emblématique qu'ils ont, mais pour l'équipe qu'elle forme. Ou qu'elle formait, du temps des deux milieux explosifs. L'ayant reconnue, j'essayais juste de lui montrer implicitement qu'on se connaissait. En vain mdr

Mais comme par hasard, on avait été mis dans la même équipe pendant le bizutage. Faut le savoir, notre bizutage à nous dure trois jours et deux nuits. Donc on avait été dans la même équipe pendant les trois jours. On a du résoudre des énigmes, patauger dans la boue, remplir cinq bouteilles à l'aide de nos vêtements... Si je me mettais à tout citer on y passerait toute une nuit. Mais j'en ai pas envie. Pour résumer, on est devenus tellement proches pendant ces trois jours et la semaine qui suivit le bizutage.

Jusqu'à ce qu'elle s'exclame : "AAAAh ! Je me disais bien que je t'avais déjà vu quelque part !" Foutaise, je me disais intérieurement, tu m'avais bloqué sur les réseaux sociaux. M'enfin, je m'en foutais un peu, mais c'était la première fois que quelqu'un m'avait pris dans ses bras sans raison apparente. Du moins, pour moi, crier "la vie est beeeellle" à tout bout de champ en me traînant avec elle, c'est une raison stupide de me trainer. Bordel, elle m'avait gêné. Mais aujourd'hui, ça m'apparaît plus comme un beau souvenir. Etrange hein?

M'enfin bon. Depuis, on enchaînait les devoirs de groupe avec son petit groupe d'amis. J'acceptais pour deux raisons seulement : de un parce que je détestais toute la classe. De deux parce que l'autre personne que je pouvais me blairer dans la classe était sa meilleure amie. Mais elle, c'est une toute autre histoire... Ca arrivera :yum: Donc j'étais dans leur groupe 8 fois sur 10. Les fois restantes, je ne faisais rien. Ou alors j'étais le seul qui faisait tout. Avec Lara et son groupe, c'étaient de vrais boulots. On arpentait les rues, on faisait des recherches, des débats...

"Not so dead inside, uh..."

Et puis on s'est séparés de classe en deuxième année, et nos relations se limitaient à des saluts sur le net...

Jusqu'au milieu de la troisième année. Quelqu'un a eu la bonne mauvaise idée d'organiser des parties de poker pendant les heures creuses. Et bam ! Au lieu de nous pencher sérieusement sur notre premier diplôme, on jetait les jetons. Et on ne parle pas d'une classe, c'était devenu viral jusqu'au point où on en avait une activité officielle pendant les clubs ! A ma surprise, Lara est une bonne joueuse. Enfin, "bonne", ouais. Mais sans vouloir être sexiste, ça reste une fille. Un peu de bluff aggressif après avoir gagné une bonne main et elle se couche. Mais là n'est pas la question. A force de se voir, on se reparlait petit à petit, et j'ai découvert qu'elle était accroché à Game of Thrones, comme moi ! Alors c'était parti pour les recherches de figurines, des livres, les posters ensembles...

Alors, non, on était pas les deux doigts de la main. Plutôt comme le pouce et le majeur. Pas si proches mais quand on est à l'unisson, on produit un son plutôt fort ! Il nous arrive de pas nous parler une semaine entière, il nous arrive de rester en ligne jusqu'à 6h du matin pour débattre de pourquoi les Stark sont les meilleurs de la série. Je n'entrerais pas dans cette roue infernale, mais sache juste, cher Journal, que je ne suis pas partisans des Nordiens :)
On peut d'ailleurs dire que notre amitié est assez... superficielle? Mais ça me plait. Sincèrement.

Je dois l'avouer, être associal n'arrange pas comment tu gères tes sentiments. Je ne compte pas le nombre de fois où j'ai entremêlé amitié et amour pour perdre des amies... Et qui perd au final? C'est bibi ! Donc avec Lara, j'aime bien le fait qu'on soit proches et en même temps pas trop. Par exemple, ça m'a un peu attristé de pas avoir été invité à son anniversaire alors que pendant trois jours, je l'ai aidé à penser à autre chose que son mec qui lui cassait les couilles. Parce que c'est à ça que sert un ami hein? Ou je m'y prends mal. Pendant trois jours, voire plus mais ces trois jours m'ont été tellement precieux avec elle, j'étais toujours là jour et nuit. Au final, elle s'est réconciliée avec le gars (grâce à quiiiiiiii???) et il a été invité et moi, elle m'a pas parlé la semaine d'après.

"I'm not sad... I'm just... Empty..."

Oui Oui, être un ami, c'est faire des actes désintéressés. Je pourrais, à moi tout seul, en faire un loooong débat, mais le fait est que je voulais juste pouvoir apprécier autre chose que des moments de tristesse avec elle ! Est-ce trop demandé...? Peut-être que je ne suis pas aussi important dans sa vie qu'elle l'est dans la mienne. Et je m'y suis résolu à l'heure où j'écris ces lignes! Mais à chaque fois, je ne peux l'oublier. Alors que j'avais besoin d'elle juste après, et elle n'était pas là...

"Les humains c'est comme les pigeons : aide-les à guérir leurs ailes, elles te chieront dessus en retour."

Mais bon. Depuis un certain temps, je commence à croire que mon existence se résume à aider les autres sans rien en retour. Je ne m'y suis pas tout à fait résolu, d'ailleurs une personne un jour m'a dit d'éviter de faire ça pour que je ne perde pas mes propres valeurs. Mais plus le temps passe, plus je n'arrive à me défaire de cette idée... Et plus le temps passe avec Lara, plus je me dis qu'un jour, elle ne sera plus là. Comme les autres, elle s'en ira, loin... Je n'ai pas envie de lui dire ça, je paraîtrais plus ridicule qu'autre chose. Je préfère vivre le moment présent, sans avoir de regrets. Si elle s'en va, au moins je n'aurais aucun regret. C'est pour ça que je l'aime bien, elle me fait sentir vivant dans les pires moments. En tout cas une chose est sûr, je ne peux pas "tomber amoureux" d'elle. Guillemets parce qu'il paraît que tomber amoureux c'est pour quand tu connais quelqu'un depuis longtemps.

Je relis mes lignes et... Impressionnant comme je peux écrire autant de lignes sur quelqu'un. Et pourtant, je pourrais encore continuer pendant toute la nuit, je ne pourrais arrêter ! D'ailleurs, elle n'est pas la seule. Toutes les personnes de mon entourage, je pourrais écrire tout un recueil sur eux. Je viens de débuter pour Lara, elle aura une place importante pour les jours à venir, crois-moi :)

Une chose qu'elle a faite pour moi aujourd'hui, c'est demander le nom d'une fille avec qui j'ai discuté... Ca peut paraître con, mais il existe encore des mecs incapables de demander à des filles qui leur plait, leur nom. UN SIMPLE PUTAIN DE NOM. On était dans la librairie à trouver un livre (parce que, on avait pas trouvé les auteurs sur les 7 librairies, donc Lara ne voulait absolument pas rentrer bredouille, on était restés dans la dernière pendant une heure entière à chercher quelque chose qui lui plaisait. Et dieu sait comme elle est dure en matière de lectures !) pour Lara. Et puis, une fille est passée, feuilletait les livres sans oser demander.

Je la suivais du regard. Elle dévalait les différents genre pendant que j'essayais de la cerner à distance: Romance (beurk! je n'aime pas du tout ce genre! Heureusement !) - autobiographie (amateur de personnages anciens? en plus elle avait gardé un livre dont j'ai pas retenu le titre) - thriller (elle est passée rapidement... dommage...) - fantasy... Et elle y est réstée 20 minutes.

"- Hey, Lara, les fantasy, ça te dit?"

Très implicite comme suggestion ;) Lara commençait à garder la foi... Moi aussi. Et en voyant l'inconnue revenir sur plusieurs bit-lit, j'osais engager deux phrases. "Oh, tu es à la recherche d'un bit-lit précis?" (j'étais sortie avec une fille qui dévorait les bit-lit comme je dévore les thrillers donc j'espérais pouvoir dire deux trois titres) "Non non, je cherche juste du fantasy ou un truc avec de la magie qui pourrait me plaire".

Et là. Bordel. BORDEL. BOOOOOOOOOORDEL. SA VOIX. SES YEUX. SES LEVRES. SES CHEVEUX. MAIS BOOOORDEL, ETRE AUSSI MIGNONNE DEVRAIT ETRE UN CRIME MAIS BORDEL.

En guise de réponse, j'avais juste sorti un "ah" avant de me ruer sur un donjon de naheulbeuk que je n'ai pas encore remarqué. Tellement j'étais ébloui. Non pas par le naheulbeuk mais par elle. J'en rigole encore à l'heure qu'il est. Elle doit m'avoir trouvé bizarre sur le coup aussi. Mais tant pis hahahaha J'ai reposé le naheulbeuk, saisi un maya fox que je montrais à Lara et boum! Le coup de foudre. Elle le montre à l'Inconnue, et elle le veut tout autant mais Lara était première et décide de prendre les 4 tomes directement. Une fois dehors, j'arrête pas de répéter "putain, elle était mignonne" pendant que Lara tentait aussi bien que mal de réprimer son bonheur d'avoir trouvé le livre. Et j'ai gagné. Parce qu'elle rebroussait chemin sur l'instant pour aller demander à l'Inconnue ses contacts. Tellement manipulable ces humains...

"Je te le dirais pas. Tu devras revenir avec moi et lui parler directement la prochaine fois. Si tu la revois..."

Bref, Lara, je t'adore. Mais tu ne peux pas imaginer à quel point je te hais. Donc je l'ai pas raccompagnée jusqu'à son bus pour la peine. Et elle vient de m'envoyer un message comme quoi elle est malade. Tant pis, il ne fallait pas chercher un auteur sur 7 librairies à pied !

J'ai encore quelques questions qui me trottent, petit Journal (d'ailleurs, je te donnerais un nom bien original plus tard). Mais j'en ai marre. Je me lasse facilement de tout, et quand je dis tout c'est vraiment tout. Je m'arrête là pour aujourd'hui. Demain on parlera de ces quelques questions et du reste de la semaine. Demain s'annonce être ennuyante aussi comme journée parce que je vais rester chez moi. On verra tout ça demain, dans la soirée.

Merci d'avoir écouté (je t'ai pas donné le choix? arrête de m'accuser veux-tu?) les récits d'un mec anormal.

3
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Hope_
  • Philophobia
  • Hune
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !