Est ce vraiment une fiction?

lu 56 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages
♫ Musique d'ambiance : [source]
Chargement de la musique...




D’aussi loin que je me rappel, le monde n’a jamais était en paix, et il ne le sera jamais. Guerre, rumeur de guerre, attentats, coup d’état, guerre civile, troubles, révolutions, maladies, famine...

Depuis tout petit j’entends les mêmes paroles, les mêmes actions.


Oh, des gouvernements différents, il en existe de toutes les formes, Anarchie, Autocratie, Dictature, Monarchie, Communisme, Démocratie, République...(et j’en oublie) D’ailleurs, le monde les a tous essayé. Une conclusion s’impose : Tous sont identiques par leurs mensonges, leurs artifices, leurs inventions, la dominations des forts sur les plus faibles, aux profits d’une classe dirigeantes sous le pouvoirs des sombres, des corrompus, des pourris.


Le monde, quel monde, celui que le Dieu Chrétien a lui même abandonné ?


Abigor, démon supérieur, grand duc de la monarchie infernale, commandant de soixante légions des enfers. Il apparaît sous la forme d'un cavalier chevauchant un cheval ailé et portant une lance, un étendard ou un sceptre.

Ce jour il se dresse fièrement dans la salle du trône, arguant sa puissance et son autorité. Abigor passe pour connaitre l'avenir et tous les secrets de la guerre c'est pourquoi il enseigne aux chefs de guerre les moyens de se faire apprécier des soldats pour mieux les commander.


Si la présence de l’un était déjà une pointure exceptionnel dans la hiérarchie des démons présents, il n’en était rien du second, de celui que l’on nomme : Abandon, l'Ange exterminateur.


Le nom d'Abaddon signifie "destruction", "destructeur" ou encore "perdition" ou "ruine".

Dans l'Apocalypse, Abaddon apparaît comme l'Ange exterminateur, l'Ange de la Mort, le Souverain du Puits sans fond. Il est dit que lorsque le cinquième ange sonnera de la trompette, une étoile nommée Absinthe tombera du ciel et que le jour où cela se produira, ce sera le commencement de la fin du monde.

L'étoile provoquera l'ouverture du puits de l'abîme et il s'en élèvera une fumée dont s'échapperont des nuées d'êtres hybrides et monstrueux, des sauterelles à visages d'hommes, aux cheveux de femmes, aux dents de lions, cuirassés de fer, dotés d'ailes produisant un bruit infernal et dont la queue semblable à celle des scorpions sera armée d'un aiguillon avec lequel ces êtres terribles auront le pouvoir de frapper les hommes durant cinq mois. Le mal occasionné par leurs piqûres sera semblable à celui provoqué par le venin des scorpions. A leur tête, comme roi, elles auront l'Ange de l'Abîme, celui qu'en hébreu on nomme Abaddôn.


Une prophétie qu’Abaddôn est persuadé qu’elle est proche à se réaliser


Si chacun d’eux s’extirpaient de leur sortie des antres de l’enfer, il n’en était rien de l’ombre d’Ogme ;


La magie lui avait appris à voyager dans les rêves et pénétrer leurs secrets par l’ombre de ceux-ci. Comme l’air du vent qui souffle à leurs oreilles, ils pouvaient percevoir ce long chant obscur et ténébreux d’enfants qui chantaient la complainte de l’ombre d’Ogme. Se matérialisant par un mince filet noir, tel la fumée d’un feu qui s’éteint s’échappait des dernières ombres qui fuyaient aux premières lueurs du jour des interstices des meurtrières des murs du château, son aspect prenait de plus en plus d’ampleur. Le lacet de fumée avait pris consistance et devenez une entité opaque et presque palpable, dessinant l’aspect du druide qu’il fût un temps durant son existence : Angus-Duncan.


Un druide sombre et obscur, au service d’un Ange de lumière bannit, de celui qui avait osé s’opposer au tout puissant, un Maître un pseudo dieu auto-proclamé, emplit de haine et de jalousie qu’était : Satan.


Il regarda ses futurs compagnons d’armes, ses démons, puis scruta le ciel. Il se vouta et remis sa houppelande en place, cachant son visage sous sa large capuche, ne laissant rien paraitre de sa personne, de son visage. Il n’avait rien caché de son arrivé aux autres anges déchus, aux légions maléfiques, dont les sens étaient en éveilles, mais il fallait maintenant qu’il s’annonce à eux, car sa présence était inattendue, autant qu’étrange, comme beaucoup des âmes sataniques présentes, ils étaient là pour assister à l’ascension du mal.


« Ogme, mon nom est Ogme, comme vous je viens en ce lieu pour servir notre Prince »,
S’arrêtant un instant, Il regard les puissants déchus, puis reprenant d’une voix lourde et chaotique,
« Savez-vous ce que signifie, ce phénomène céleste ? »
« Savez vous ce que signifie cet éclat? »


La lumière, Cette puissance. Quelle arme contre les fléaux que sont les déchus de dieu auto-proclamé, Contre celui qui est appelé diable (calomniateur), ou Satan (opposant).


Sans doute leur point faible ! Encore faut-il que cela se vérifie ! ;


Est-ce vraiment le cas ?


La lumière serait-elle l’arme ultime contre les soldats de Lucifer ?


Mais qu’en serait- il de celui qui crée l’ombre de part la lueur, de celui qui joue et crée l’obscurité, du Maitre des ténèbres. La lumière est ma lame, et l’obscurité ma garde, de ces éléments j’y puisse ma source La puissance du mal m’a rendu la vie et me permet de vivre sous cette forme, cette entité obscure qu’est l’ombre d’OGME.
Ce pouvoir qui m’est confié est ultime. J’apparais au moment le plus propice à l’ascension du prince des ténèbres, car l’événement ne devrait plus tarder.


Unique et solitaire, je voyage en ce monde, guidé par un Démon et contrôlé par la connaissance de l’OGME.
Tremblez humains et Divinités qui seraient sur mon chemin, car mon but et d’aider mon prince, mon souverain à assoir sa suprématie, son pouvoir et enfin lui rendre la place qui lui revient. Les démons sont légion dans cette salle immense.
Satan, assis sur son trône entourée de ses plus fidèles guerriers. La silhouette opaque finie par prendre forme petit à petit, sans dissimuler sa présence aux gardiens de l’ange à l’âme noire, dont les sens s’éveillent en flairant la puissance de l’Ogme qui prend forme.


Un filet de fumée, qui s’est transformé en nuage noir, pour enfin donner naissance à l’être Druidique qu’il est où qu’il était. Angus-Duncan était revenu à la vie par la volonté de son souverain. Il avait perçu sa haine pour la vie, son gout pour le mal, et son désir de vengeance.


Satan sut voir en lui sa propension à dénaturer le bien, de profaner les choses de leur usage premier. Aujourd’hui il était temps de faire allégeance à son Roi. M’avançant vers lui, je pliai le genou j’inclinai le front. Le personnage était tout aussi sombre que l’aura qui l’entourait. Vêtu d’une ample houppelande noire qui lui enveloppée le corps, l’ample capuche dissimulant son visage ténébreux, il semblait encore plus taciturne et mélancolique que tous les déchus réunis.


« Majesté, aujourd’hui je vous dois ma renaissance, aussi je me permets de vous offrir cette vie que vous avez sorite des limbes, afin de vous servir. Ordonnez et j’obéirai, je suis votre obligé. J’exécuterai chacune de vos paroles, et me ferai un plaisir d’abattre vos ennemis ».


Le mage obscur ne se redressa pas, il attendait, désormais sa vie ne lui appartenait plus. Il n’avait plus qu’une seule envie, débarrasser ce monde des humains qui ne voudrait pas servir son monarque.


Quand finalement, Satan dans toute sa splendeur, fit signe à l’ombre, il tendit le bras, paume de la main vers le haut, lui signifiant de se relever. Voilà, le contrat était conclu, le pacte était signé, l’ogme était maintenant soumis aux caprices, aux frasques, aux folies du malin. Il ne fallut aucun mot pour comprendre les actions à mener. Sa mission était de pénétré le cœur des humains, de rendre possible, voire de réaliser, d’accomplir leurs envies sombres et inavouables. Ce serait un jeu d’enfant pour certain, le vice, la haine.


Nous sommes dans les années 40, au 20éme siècle, les cœurs sont brisés, haineux pour certains. Mais ce n’est rien comparé aux atrocités déjà commises par les autres démons serviteur du prince du mal. L’ogme, l’ombre d’ogme manipule, marionnettise certains individus humains, mais donne libre cours d’exécution à d’autres qui suivent soit disant les ordres, ayant une âme noire, plus noire encore qu’ Angus Duncan.


L’ogme a mis au cœur des autorités Allemande de l’époque, ainsi qu’aux Français obéissant sera l’une des nombreuses actions qui engendrera l’horreur dans ce monde.


Nous sommes le 16 Juillet 1942, 13 152 Juifs sont arrêtés : 4 115 enfants, 5 919 femmes et 3 118 hommes. Un nombre indéterminé, prévenu par la résistance ou bénéficiant du manque de zèle de certains policiers, parvient à échapper à la rafle, un soulagement ?
la rafle du Vel d’hiv.


Une rafle de plus. Un pas vers la haine. Un fléau humain, des hommes, des femmes, des enfants que l’on ne verra plus.
Après cela, je pars pour d’autres faits qui m’attendent, j’ai encore cette mission qui m’attend : Pourtant, le Divin ouvre les portes diluviennes :


Et ma vision se poursuivit. Lorsque l’Agneau ouvrit le premier des sept sceaux, j’entendis le premier des quatre Vivants crier comme d’une voix de tonnerre :


« Viens ! » Et voici qu’apparut à mes yeux un cheval blanc ; celui qui le montait tenait un arc ; on lui donna une couronne et il partit en vainqueur, et pour vaincre encore.


Le divin avait envoyé son fils, pour soumettre l’ange rebelle, pour le réduire à néant en attendant le monde promis par l’éternel. La guerre de Dieu est commencée.


Lorsqu’il ouvrit le deuxième sceau, j’entendis le deuxième Vivant crier ;
« Viens ! » Alors surgit un autre cheval, rouge-feu ; celui qui le montait, on lui donna de bannir la paix hors de la terre, et de faire que l’on s’entr’égorgeât ; on lui donna une grande épée.


Le Génocide des Tutsis par les Hutus, en attendant que les autres aident aux attentats du 11 septembre 2001. En patientant de mettre la guerre, en Irak, en Syrie, en Afghanistan, en Ukraine… (Et j’en passe, et j’en oublie), En souhaitant que les autres multiplie les conflits, Ne s’arrêtant pas, il ouvre le Troisième Sceau.


Quand il ouvrit le troisième sceau, j’entendis le troisième être vivant qui disait :


Viens. Je regardai, et voici, parut un cheval noir. Celui qui le montait tenait une balance dans sa main. Et j’entendis au milieu des quatre êtres vivants une voix qui disait : Une mesure de blé pour un denier, et trois mesures d’orge pour un denier; mais ne fais point de mal à l’huile et au vin.


Mais où est Dieu ?


L’humanité raille encore, mais ou est donc sa présence promise ?


Mais ce n’est pas encore la fin, il ouvre enfin le quatrième sceau, pour qu’enfin, puisse paraitre le quatrième cavalier mentionné dans Apocalypse 6 : 8 :


« Je regardai, et voici, parut un cheval d’une couleur verdâtre. Celui qui le montait se nommait la mort, et le séjour des morts l’accompagnait. Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l’épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre ». Ce quatrième cavalier de l’Apocalypse apportera avec lui encore plus de guerres, des famines terribles ainsi qu’une grande vague d’épidémies horribles et de maladies.


Ce qui est inquiétant, et peut-être même terrifiant, c’est que les quatre cavaliers de l’Apocalypse ne sont que les « précurseurs » de jugements encore plus terribles qui doivent survenir ultérieurement au cours de la tribulation.


Alors certains pour me répondre, certains me diront est ce là l’amour de Dieu!.


Je leur répondrai, Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées par le fracas de la mer et de la tempête. Les hommes mourront de peur dans la crainte des malheurs arrivant sur le monde, car les puissances des cieux seront ébranlées.

Alors, on verra le Fils de l'homme venir dans la nuée, avec grande puissance et grande gloire. Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche».

Mais je suis l’ombre d’ogme, serviteur du néant, mon Rôle est de vous faire oublier tout cela.
Le plus gros mensonge du Diable et de faire croire qu’il n’existe pas.


Alors n’y croyait surtout pas.


Continuez votre vie, soyez égoïste, soyez occupés à vos divertissements, consommés à outrance, prenait du plaisir, ne vous protéger pas n'ayez aucun égard pour la fidélité, ne respectez absolument rien, ni femme, ni enfants, ni parents, ni autorités.
chuuuut ne soyez pas choqué, oubliez cela.


Tout ceci n’est que pure invention, un histoire n’est ce pas ?


Nous n’existons pas. Rien de tout cela n’existe, c’est la vie qui est dure. La religion s'est pour les faibles, et vous ne l'étes pas n'est ce pas?


N’imaginez pas que cela puisse vous arriver, Croire au Divin pourrait être votre salut, et mon souhait n’est pas de vous sauver, mais de venir à ma suite.


Mon pouvoir plane, en attendant ma prochaine victime, oui Toi qui me lit.
Mon but est de dénaturer le bien, de profaner les choses de leur usage premier.
Ne me lisez pas je m’en moque puisque tu m’appartient déjà, et si vous me lisez n’y croyez pas.

1
+1
Ils aiment cet écrit :
  • colombine
Partager l'écrit
colombine
colombine :

L'image est terrifiante !