05/08/2019 - 01 - Identité ou folie?

lu 38 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Cher Karstolgronhaal,

Me revoilà après quelques temps d'absence. La dernière semaine de boulot fut rude, et ça fait une semaine que j'ai l'impression de me réveiller tous les jours avec une foutu gueule de bois. Pourtant je ne bois pas mais je fais une grosse cure de sommeil. Avec la chaleur, je dois me déshydrater à mort et ça doit me donner cette impression de gueule de bois. Après tout ce que j'ai vécu, tout ce à quoi j'ai survécu, je ne pensais pas avoir autant de mal à me lever le matin. J'ai l'impression de vivre les choses à la Max Payne, constamment groggy, à la limite entre la gueule de bois des les anti-douleurs, modifiant la réalité et tordant les trais du monde. Mais contrairement à Max Payne, je ne suis pas dans cette spirale infernale, je suis dans une remonté spectaculaire. J'ai décidé de plusieurs choses qui seront toujours d'actualité dans quelques mois, voir années.

Déjà j'ai décidé que si l'on devait m'aimer, ça sera pour ce que je suis et non pour ce qu'on veut que je sois. Je me fiche de finir seul au final, je n'ai plus peur de ça. Car je le suis déjà et depuis longtemps. Je traverse ce désert que peut être la vie, un désert de solitude, de tristesse, mais aussi de joies. Au final si l'on doit m'aimer ça sera pour ce que je suis. Un dragon, un homme, un anarchiste, un agent du chaos répandant sur terre le changement et un monde nouveau... C'est ce que je suis, et si ça doit me faire passer pour un fou, alors je suis fou. Mais n'y a t'il pas plus fou que le taré qui se croit saint d'esprit? Nous vivons dans une époque où nous sommes tous fou, et ma folie je l'accepte, je l'apprécie et je souhaite qu'elle fasse parti de ma personnalité. Car oui c'est aussi ça ma personnalité, ma folie. Ce n'est finalement qu'une question de perception, car je ne me considère pas comme fou.

Max Payne est lui aussi fou, mais il est conscient de sa folie, alors ce personnage de fiction devient finalement le plus lucide des hommes, conscient de ses faiblesses, de sa folie, des erreurs qu'il commet, il n'est ni plus, ni moins, que le plus éclairé des hommes, entre deux bouteilles de whisky coupé aux anti-douleurs. Au final, on pourrait aisément dire que ce qui es folie pour les uns, est identité pour les autres. Car ce que je considère comme mon identité, est au final juste de la pure folie pour d'autres. J'assume ce que je suis, même si je ne le crierai pas sur tout les toits, j'ai compris qu'il y a des choses qu'il ne faut pas dire. Mais si une personne doit m'aimer, elle m'aimera avec tout ce que je suis, et non juste pour mon côté homme. J'ai décidé que j'en avais assez vu, assez bavé, et qu'il était temps de vivre tel que je le souhaitais. J'apprends l'anglais, je reprends la guitare, je reprends le sport... Il est temps de vivre.

1
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Maryline_du_59
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !