26/12/2018 - 02 - Une douleur reste...

lu 46 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Cher Journal,

Malgré tout ça, malgré toute cette évolution, il y a toujours une douleur qui reste. Même si c'est une douleur qui fut nécessaire, j'aimerais m'en défaire... Ce qui est injuste, ce n'est pas qu'elle soit arrivée, mais qu'elle reste encore aujourd'hui. J'ai toujours aussi mal depuis. Je me suis souvent remis en question malgré les mots qui m'ont été adressé par la suite, malgré l'accompagnement constant, malgré tout ça. J'ai compris bon nombre de choses depuis. Mais la douleur est encore vive. Si vive, que le moindre souvenir provoque des pleurs. J'ai toujours pleuré pour tout et pour rien. Mes larmes fut toujours un moyen d'extérioriser mes mots qui ne veulent pas sortir. Il y a des choses que je ne comprends toujours pas depuis, mais je suppose que ce sont des questions qui resteront sans réponses. Cela fait plus d'un an maintenant, je sais que beaucoup auraient tourné la page, mais en moi se déroule quelque chose qui m'empêche de passer à autre chose. J'ai besoin de comprendre pourquoi... Je n’ose pas demander, j'ai peur d'ouvrir quelque chose qui ne dois pas être ouvert.

J'aimerais en parler... J'aimerais beaucoup comprendre cette phrase qui pour moi créé un paradoxe. Peut-être que la réponse est si évidente, et si douloureuse à la fois, que je ne veux pas la voir. Peut-être... Toujours peut-être... Jamais aucune certitude. J'aimerais beaucoup, ne plus avoir ce doute en moi. Au final, c'est ce doute qui créé cette douleur résiduelle, ce manque de confiance, ce manque qui est omniprésent dans ma vie depuis plus d'un an. Je m'inflige beaucoup de souffrance pour une simple question. J'ai peur de la réponse autant que j'ai peur d'avoir cette douleur à vie. Le truc étant que cette douleur amène un doute permanent. Peut-être que finalement j'ai besoin de souffrir pour vivre... Peut-être suis-je devenu avec le temps un adepte de la souffrance psychologique permanente. J'aimerais dire que j'ai fait la paix avec mon passé, mais au final ce n'est pas le cas. J'ai appris à me reconstruire seul, sur le model de ce qu'on m'a laissé. J'ai appris à vivre avec une douleur constante, avec ce mal-être permanent. Et j'ai maintenant besoin d'apprendre à me défaire de tout ça. J'ai besoin de vivre ma vie, de tomber amoureux de la femme qui me fera me dire que finalement, je suis bien mieux que mon passé, je suis bien plus fort que mon passé. J'ai besoin de réel.

Mais malgré tout cela, une douleur reste...

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !