10/08/2018 - 01 - Interpréter fait 80% de la réalité.

lu 60 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Cher Karstolgronhaal,

Ce soir j'ai vécu une chose qui m'a beaucoup blessé. Des mots ont été dit et j'en ai fait une interprétation. Interprété on le fait tout le temps, c'est ce qui nous permet de construire notre réalité en temps réel et à rebours. On m'a dit des mots et j'ai interprété un abandon, une forme de trahison, une forme d'insulte à un certain niveau même. Il y avait d'autres mots à utiliser, d'autres choix à faire, d'autres choses qui auraient été possibles... Pour le coup de ces mots, je n'en tire que du négatif, car on ne peut aimer être ainsi brimé sur une simple action, qui n'était faite que pour apporter sourire et joie, un geste simple et amical, un geste de douceur et de tendresse, un geste qui représente ce que je ressens pour autrui, en dehors de ce qu'il peut me faire en bien ou en mal, un geste de bienveillance en somme...

Je pourrais comparer cela à tomber les fesses la première dans une flaque d'eau, sauf que de tomber les fesse la première, je vais en tirer du positif pour te montrer là où je veux en venir. Quand on tombe dans une flaque, l'eau peut sembler très froide, la texture du sol n'es pas agréable et on peut se dire que l'on a vraiment pas de chance sur le coup, jusqu'à ce que quelqu'un vienne jouer dans la flaque avec nous. C'est un moment qui se transforme en un moment de chance et de jeu. Le moment où l'on passe du pas de chance au jeu, est le même point de non retour que celui où les mots blessants sont dit, et où la forme ne pourra jamais plus corriger le fond ressenti. Le moment de jeu transforme cette flaque en chance, en moment de complicité, en petit moment joyeux au quel on va associé une belle interprétation qui nous plaira.

Les mots ne font pas tout, l'énergie avec la quel ils sont envoyé fait une grosse partie de l'interprétation. L'absence de smiley traduit aussi, un sérieux et une froideur qui fait une partie de cette interprétation. Des idées germent, le désire de se cacher et de ne plus jamais parler vient, l'envie de se faire oublier reste, et on interprète le tout comme un véritable rejet de la personne que l'on a aimé de tout son coeur, coeur d'ami ou non. J'ai eu la chance d'avoir deux personnes que j'aime à côté de moi, deux personnes qui à elles seule ont réussi à me donner l'envie de dépasser cela. De dépasser cette difficulté. Non pas en pardonnant les mots qui ont été dit, mais en acceptant le fait que ces mots existent et qu'ils fassent parti de notre relation, à l'être qui m'a dit ces mots et à moi. Ce genre de mots font mal, mais ils ont fait mon interprétation, celle que je considère comme étant vrai car c'est la seul qui me parait crédible.

Le moment de jeu une fois passé, on se relève de cette flaque, on se dit qu'il va falloir rentrer mais on garde une magnifique interprétation de cette chute dans la flaque. Jamais plus on se dira, par interprétation, que les flaques, au grand jamais il ne faut y tomber. Les flaques par interprétation deviendront un synonyme de chance et de bien être, et sauter dedans provoquera, à coup sûr, fous rires et plaisirs. Sauter dans les flaques des autres, deviendra un geste de bonté et un réflexe adopté. Lire et transmettre la joie deviendra un moteur pour aller a la rencontre d'autres flaques les jours de pluie. L’interprétation est juste différente du cas des mots, mais si j'avais interprété ses mots, de la façon dont j'ai interprété cette chute dans la flaque, je n'aurais jamais décidé de finalement, taire ma voix à celle qui m'a demandé de taire mes "coucou"...

6
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Aveline I Can Fly
  • Mavieselonmoi 2.0
  • Philophobia
  • Nisan
  • Blue Moon
  • Aeliassa
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !