05/04/2018 - 02 - Inimitié et amitié.

lu 123 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Cher Karstolgronhaal,

Cela faisait longtemps que je ne t'avais pas confié quelque chose. Il est temps de te raconter une période qui fut extrêmement difficile pour moi, l'école primaire. Au début tout allait assez bien, je me faisais des amis, garçons comme filles, j'étais quelqu'un qui se faisait des amis assez facilement finalement. Quand j'ai passé le dernier tiers du CP, c'est là que tout à commencé à basculer. Les garçons se sont éloignés de moi, ils ont fait leurs groupes d'amis et j'en étais totalement exclu et il y avait même des garçons qui se moquaient de moi et ne souhaitais qu'une seule chose c'est que je sois seul. Tout les moyens furent bons, rumeurs, insultes, moqueries, humiliations, intimidations... En bref je n'étais pas acceptés dans les groupes d'amis et de travail. C'est un peu comme ça que j'ai appris à travailler seul sur des travaux de groupes. Exposés, maîtrise, travaux pratiques, épreuves de sport... J'ai toujours dû compter sur moi et sur personne d'autre.

Pour les filles ce fut plus long mais au final ce fut le même résultat. J'étais "ami" avec plusieurs filles, j'aimais passer du temps avec elles car elles étaient intelligente, pas comme les garçons. J'avais l'impression d'être un peu à ma place avec elles. Puis un jour elles m'ont dit que comme j'étais un garçon je n'avais plus le droit d'être dans leur groupe. Je me suis senti trahi... M'exclure juste car j'étais un garçon, c'était petit et vraiment méchant. En plus ce fut fait du jour au lendemain, je n'en savais rien et je croyais avoir de vrais amies, la chute n'en fut que plus rude. Le pire c'est que toutes m'ont exclu et que j'avais l'impression qu'elles s'étaient concerté et qu'elles ne voulaient pas m'en parler pour me faire encore plus mal, voyant que déjà les garçons m'excluaient et me méprisaient.

J'avais un refuge dans mon école primaire, un buisson dans le fond de la cour de récréation. J'y étais seul mais j'y étais bien, en sécurité, loin des moqueries et de l'exclusion. En réalité, ce buisson était littéralement ma maison, un lieu féerique, je me sentais comme un géant assis au milieu de sa forêt. J'étais le seul à savoir pour cette cachette, ce fut la mienne depuis toujours. J'étais dans un autre monde, c'était mon antre. Il y a eu une autre fille qui avait voulu être mon amie mais le jour où j'ai voulu lui déclarer mon amour, elle était parti pour toujours, elle avait déménagé et ne m'avais rien dit pour disparaître de ma vie du jour au lendemain. Après son départ, ce buisson fut mon unique ami, quand je l'ai perdu en entrant au collège, j'ai perdu mon seul lieu sur, mon seul lieu de recueillement, un lieu où, finalement sans le savoir, j'y avait fait mes premières méditations et mes premières visualisations. Même si finalement j'en garde le souvenir d'un lieu de replis pour échapper aux moqueries et aux rumeurs, à la méchanceté et à l'exclusion des autres. J'ai des souvenirs de fêtes d'anniversaires où je n'avais aucun ami qui était venu, où j'ai été seul à manger mes bonbons...

7
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Aeliassa
  • Lolita01
  • Lizo, diary of a « lover »
  • Nisan
  • Scy
  • suiteki
  • Addam
Partager l'écrit
troplol18
troplol18 :

Oh mon pauvre !! En même temps, je les comprends...Ils ne sont pas assez bien pour toi, ils ne te méritent pas !!
Si j'avais été avec toi, tu n'aurais jamais été seul !!
Et puis, c'est du passé !!